Hirsingue patrimoine : Habitat, coutumes et vie associative - histoire.
A betsi eber Hersega un d'r Sundgau.
Accueil A propos Pourquoi Recherche Plan du site Décryptage photos
Contact Mentions légales Annuaire News letter Technique

Quoi de neuf ? Liens sundgauviens
Habitat Coutumes Vie associative Hirsingue.Comm Agenda Pages d'histoire




Source : Journal l'Alsace
22 décembre 1952.

La sérénade de Toselli :


Avant de prendre congé, le luthier décrocha l'un der ses violons pendus au mur et consentit à jouer pour nous quelques mesures de la sérénade de Toselli, non sans s'être excusé humblement de ne point être un virtuose.


Edouart Schuster, maître-luthier de renommée mondial.


Dynastie de luthiers célèbres.
Edouard Schuster est né en 1881 à Schönbach en Tchécoslovaquie dans la province de Bohême qui fut jadis annexé à l'empire austro-hongrois redevenu tchèque en 1918.
Il est le benjamin d'une famille de cinq garçons et de deux filles.
Son père était luthier comme l'avaient été la plupart de ses ancêtres.
Les Schuster forment en effet une véritable dynastie, connue dans le monde entier et dont le berceau est Schönbach et Markneukirchen (Pays des Sudètes), qui sont avec Mirecourt, cité vosgienne, les principaux centre de lutherie en Europe.

Nous avons dénombré dans la nomenclature internationale des maîtres-luthiers, du moyen-âge jusqu'à nos jours, pas moins d'une centaines de luthiers , tous originaires de Bohême.
Le premier luthier de ce nom à vécu de 1449 à 1516.
Digne descendant de cette illustre lignée, le maître Edouard Schuster a également les honneurs de ce titre international où l'on parle en termes très élogieux de la qualité de ses violons.
Comme ses frères, le jeune Schuster fit ses premières armes dans l'atelier de son père à Schonbach où vivent encore une soeur et un frère.
Ce dernier , luthier lui aussi, a délaisser son atelier pour aller travailler dans une manufacture de violons

" Eh c'est bien dommage, ajouta le maître, car la production en série d'instruments moulés, par la machine a fait perdre à la lutherie toute sa noblesse d'art indépendant".


A Bruxelles au service de la reine.

 

Schuster , ayant appris les rudiments de son art dans l'atelier paternel et sachant qu'il ne pouvait avoir un avenir en Bohêrme ou les luthiers étaient en surnombre, le jeune Schuster partit en 1907 pour Bruxelles.
Il travailla d'abord dans l'atelier d'un compatriote déjà installé depuis plusieurs années dans la capitale belge.
Le jeune luthier, comme beaucoup de ses pareils à cette époque rêvaient de s'expatrier en Amérique.

Il avait déjà fait ses préparatifs lorsqu'il tomba amoureux d'une jeune alsacienne qui travaillait à Bruxelles.
Mlle Rosa Kroell, originaire de Hochtatt.
Il changea d'avis, se maria en 1910 et s'installa la même année à son propre compte.

 

Le vicomte de Terlinden, ancien procureur général du roi des belges, avait mis à sa disposition un bel atelier dans sa maison, 23 place de la reine , en plein centre de Bruxelles, atelier qu'il devait occuper pendant 19 ans.
Le maître Schuster connut bientôt une notoriété qui dépassa largement les frontières du pays qui l'avait accueilli et adopté.
On tourna même un film documentaire sur la lutherie dans son atelier.

Des violonistes célèbres comme le grand Eugène Ysaye firent appel à ses services.
En 1931, à la mort du grand virtuose belge, le successeur de ce dernier à la Cour Royale un violoniste français de Lille nommé Hell, le proposa comme luthier attitré de la maison royale.
Il s'était aussi acquis une clientèle étrangère étendue qui allait du Congo au Canada, en passant par l'Amérique Centrale et les USA.
Un virtuose russe émigré à Ottawa, Micghael Weissbord, connut la célébrité avec un violon Schuster.
Un jour, croyant qu'il louait avec un " Stradivarius " des amateurs lui avaient offert 15 livres canadiennes soit 45 000 francs belges (en 1932) pour son instrument.
C'est également de cette période que datent les liens d'amitiés du maître avec un virtuose chinois, M. Goh Soon Tioé, né à Java, qui est aujourd'hui professeur de violon au Conservatoire de Singapour (Malaisie).
Le violoniste chinois avait fait ses études au conservatoire de Bruxelles et de Genève.

Papier entête du luthier.


Edouard Schuster : Stradivarius et étiquettes.
.... suite.


1881 : Edouard Schuster, maître-luthier de renommée mondiale.

Edouard Schuster : 22 décembre 1952 - Pierre Kraft, Journal l'Alsace, raconte le quotidien du maître-luthier.

Edouard Schuster : Bruxelles, au service de la reine.,

Edouard Schuster : Stradivarius et étiquettes.

Edouard Schuster : la naissance du violon.

Edouard Schuster : son violon.

Edouard Schuster : particularités du violon n° 16.

Edouard Schuster : le violon de Monica.

Les personnages célèbres de Hirsingue :
.... suite.





>>> Sommaire des pages d'histoire de Hirsingue.